15 novembre 2006

Conclusion

Ce creux de la vague, pendant lequel la France notamment ne présentait guère de centre artistique de premier plan, permit au Duché de Lorraine de devenir pour un temps, le foyer européen de la culture. En effet, durant ces années de prospérité, la Lorraine sut attirer les artistes par son ouverture sur les diverses influences européennes mais aussi et surtout par les débouchés que représentait un mécénat vivace . Ainsi, l’art lorrain reflète l’art européen du temps dans toute sa richesse et sa complexité. Il n’y a pas d’ »école lorraine du XVIIe siècle » mais bel et bien un foyer lorrain réceptif aux influences extérieures de son temps ; la Lorraine constituait véritablement une plaque tournante artistique au cœur de l’Europe. Le Duché entretenait des liens étroits avec Paris, sans ignorer les Pays-Bas et l’Empire, mais ne dépendant pourtant d’aucun autre centre. Dans son glorieux passé, l’art lorrain fut l’art d’un pays heureux, d’une cour élégante et d’une aristocratie cultivée se plaisant aux cérémonies et aux fêtes. Même si son éclat ne dura qu’un tiers de siècle, l’art lorrain nous offrit les plus beaux chefs-d’œuvre d’une période donnée dans un lieu donné. En appréciant un Tassel, un De La Tour ou encore un Deruet, il s’agit de rappeler hautement quel rôle joua jadis, dans un moment décisif pour l’histoire des arts comme pour celle de l’Europe, à sa mesure mais non pas au second rang, le Duché de Lorraine.

Posté par JETA_LORRAINE à 09:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Conclusion

Nouveau commentaire